Accueil | L’école au quotidien | ⏪ Évènements et actualités de l’école en images | Les élèves d’Arts à BOZAR

Les élèves d’Arts à BOZAR

Le 23 septembre 2022, les élèves d’option arts de l’Institut Saint-Dominique sont allés voir le Belgian National Orchestra à BOZAR.

En introduction, ils ont eu la chance de rencontrer et de discuter avec le chef d’orchestre néerlandais Antony Hermus. Le maestro a expliqué son métier : même si le public ne comprend pas les gestes qu’il fait, le chef insuffle son énergie aux musiciens et c’est lui qui détermine l’atmosphère que va transmettre l’orchestre au public. Sous la baguette d’un chef, une partition sera plus joyeuse, un autre rendra le morceau plus nostalgique, etc. Pour ce concert-ci, les musiciens avaient travaillé leurs partitions chacun de leur côté, et n’ont répété avec le chef que pendant quatre jours (du mardi au vendredi). Antony Hermus a également donné quelques détails sur les deux morceaux qu’il allait diriger. Les élèves ont tous apprécié ce moment privilégié avec le maestro, et l’ont trouvé fort instructif.

Le programme consistait en deux œuvres pour orchestre : Schelomo d’Ernest Bloch et la Symphonie du Nouveau Monde d’Antonin Dvorak.

Schelomo est une composition pour violoncelle solo et orchestre, du compositeur suisse Ernest Bloch. Dans cette œuvre, le violoncelle représente la figure du roi Salomon, qui s’adresse à son peuple, l’orchestre. Les élèves ont été frappés par le caractère intense de l’oeuvre, et notamment par l’expressivité du soliste Nicolas Alstaedt. Le musicien était extrêmement concentré et respirait très fort, ce qui a parfois fait peur aux élèves.

Le deuxième morceau, la Symphonie du Nouveau Monde, a été écrit par le compositeur tchèque Dvorak lorsqu’il était aux États-Unis, d’où le titre de l’œuvre. La musique, très chargée émotionnellement, a même fait pleurer quelques élèves lors du 2e mouvement lent et du dernier mouvement. Le 4e et dernier mouvement est par ailleurs le plus connu : il a inspiré la musique des Dents de la Mer de John Williams. Durant la discussion avec Antony Hermus, le chef leur avait dit que, selon la tradition, on n’applaudissait pas entre les mouvements, mais qu’il ne voyait aucun inconvénient à recevoir des applaudissements qui venaient du cœur. Son message a bien été entendu, car les élèves – ainsi que toute la salle, ont applaudi après le 2e et après le 3e mouvement ; le chef s’est même retourné brièvement pour les remercier d’un regard entre le 3e et le dernier mouvement.

Ce qui a le plus marqué les élèves a été le ressenti, les émotions transmises par l’orchestre, ainsi que le contraste choquant entre le son entendu à travers des écouteurs et l’expérience de l’orchestre en concert. En rentrant chez eux, certains ont voulu réécouter la Symphonie du Nouveau Monde et ils n‘ont pas pu revivre l’émotion du concert. Ils ont également admiré la synchronisation et l’harmonie des gestes des musiciens, et l’ont même comparée à un ballet. Ils auraient aimé voir tout l’orchestre, mais les places qui leur avaient été attribuées (5e et 6e rangées, au parterre) ne leur permettaient de voir que les instruments à cordes. Les élèves avaient le soliste Nicolas Alstaedt au premier plan, et sa manière de ressentir et de vivre la musique les a beaucoup impressionnés. Ils ont également été fort surpris de voir le chef d’orchestre s’agiter durant tout le concert et transpirer à grosses gouttes : “être chef d’orchestre c’est très fatigant”, a souligné l’un des élèves de 3e. “Il n’arrêtait pas de bouger et de sauter !” s’est exclamé un autre.

À la question “est-ce que vous retourneriez voir un concert classique ?”, quasiment tous les élèves ont répondu “oui” de manière enthousiaste. Certains déclarent même avoir “découvert une nouvelle passion”. Mais... même si désormais, ils savent que la musique classique n’est pas que pour les riches – la place ne leur a coûté que 6 € – “la nourriture était hors de prix !” se sont-ils plaint. “Et il n’y avait que des vieux, qui nous regardaient bizarrement !” En tout cas, c’est avec plaisir qu’ils apporteront un peu de jeunesse aux prochains concerts de musique classique à BOZAR  !