Accueil | Infos parents | Informations générales | A propos du redoublement…

A propos du redoublement…

Parmi les habitudes de la rentrée, on retrouve chaque année des communications de nos ministres à propos de l’école. Cette fois, c’est Marie-Dominique Simonet et Rudy Demotte qui ont annoncé que le
redoublement coûte trop cher et qu’il est inefficace.

Nos ministres pensent-ils que nous les avons attendus pour réfléchir à la question ? Osent-ils croire que nos professeurs sont satisfaits quand l’enseignement qu’ils ont donné conduit à un échec ?
Le modèle idyllique finlandais est souvent évoqué pour prouver que le redoublement ne sert à rien. Il serait plus honnête de décrire complètement ce modèle pour rendre évidente son efficacité. Sait-on
par exemple qu’en Finlande, c’est par concours que s’effectue le recrutement des futurs professeurs ?
Sur quelque 4000 candidats qui se présentent, seuls 400 sont engagés. Les places sont donc chères, très prisées et rémunérées en conséquence. Chez nous, Ce n’est un secret pour personne, la pénurie des professeurs est bien réelle et s’accentue chaque année.

Nous aimerions réfléchir au problème du redoublement par un autre biais.
Étudier est un « métier » ardu qui nécessite une importante et continue motivation.

Et si l’enfant était aussi en cause ?

Il faut bien être conscient que ce n’est pas le professeur qui enseigne, c’est l’élève qui apprend. La maîtrise tant des savoirs que des compétences exige une attitude active, participative. Le professeur
ne peut que proposer des activités. C’est à l’élève à y investir toute l’énergie nécessaire. Une étude sérieuse exige souvent de repartir d’une feuille blanche pour réécrire la définition, refaire des exercices, reconstruire la table des matières, …
Tout cela contribue ainsi à lutter contre l’échec scolaire. L’échec d’une année scolaire, c’est aussi parfois l’échec d’une certaine méthode de travail, d’un certain manque d’assiduité. Certes, pas toujours.
Comment les parents peuvent-ils s’impliquer ?

Quelques évidences nous apparaissent à voir arriver les élèves fatigués dès le matin…
A quelle heure ont-ils été dormir ?
Quelles sont les priorités ?
Quel est le cadre de travail des jeunes ?
C’est difficile, les pressions sociales sont énormes, mais la réflexion est essentielle et le dialogue doit rester une valeur.

Nous sommes partenaires dans l’éducation. Nos objectifs sont nombreux : rendre vos enfants autonomes, leur permettre de s’épanouir intellectuellement et socialement, lutter contre l’échec scolaire, … Le défi est immense et passionnant. Votre enfant est au centre, le trio élève / parent / école ne fonctionnera pas sans la collaboration de chacun.

R. Rosi & G. Hittelet