Accueil | Activités artistiques | Musique en confinement

Musique en confinement

Chaque jour, une nouvelle vidéo musicale créée durant le confinement à découvrir...

Vidéo n°1 : "Dire merci" - Message de soutien du Ballet de l’Opéra national de Paris

Suivant l’exemple du ballet de Rome, les danseuses et danseurs de l’Opéra de Paris ont décidé de monter ensemble une vidéo de soutien. Contactés par le réalisateur Cédric Klapisch, ils décident d’utiliser la célèbre Danse des Chevaliers extraite du ballet Roméo et Juliette (1935) du compositeur russe Serge Prokofiev.

Cette danse (acte I, scène 4 du ballet) a lieu durant le bal masqué des Capulet. Son aspect dramatique est renforcé par l’utilisation des cuivres qui marquent la pulsation de manière quasi-métronomique ainsi qu’une mélodie en arpèges qui s’étend du grave à l’aigu interprétée aux cordes avec un rythme quasi-militaire dans une nuance fortissimo.

Pour en savoir plus sur cette musique (en anglais)


Vidéo 2 - "Restez chez vous. Là est la bataille."

Deux soignants, Paul Mandengue et Henri Duboc, revisitent la chanson "Dis, quand reviendras-tu ?" de Barbara (1962) pour partager un message poignant sur la guerre que les soignants mènent au quotidien contre l’ennemi qu’est le COVID19.

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Qu’on vous répète sans cesse que sortir c’est fini
Qu’il ne faut surtout pas aller jogger dehors
Même si vous n’voyez pas que s’y promène la mort
Passant d’une rembarde à une poignée de porte
C’est en toute discrétion que COVID se transporte
Certes je vous l’accorde, l’ennemi est invisible
Mais répétons encore, qu’il n’a rien de risible.

Dis, quand comprendras-tu ?
Dis, au moins, le vois-tu ?
Que ces petits écarts
Ne se rattraperont guère
Qu’il n’est jamais trop tard
Pour choisir de bien faire

Dans cette version légèrement plus longue que celle de Barbara (4 couplets et 4 refrains, contre 3 couplets et 3 refrains pour Barbara), le chanteur alerte l’auditeur et l’exhorte à rester chez lui car "arrive une hécatombe / qui n’a rien d’ordinaire / un tsunami de tombes / qui trompe l’imaginaire".
Gardant la forme d’un simple piano-voix, qui permet à l’auditeur de porter davantage attention aux paroles, cette musique est renforcée par une interprétation très juste, qui met en valeur à la fois la beauté de la mélodie mais surtout celle du texte.


Vidéo 3 - Le Boléro de Ravel par l’Orchestre national de France en confinement

Le Boléro, composé par le Français Maurice Ravel en 1928, est l’une des œuvres les plus jouées au monde. Pourtant, elle n’était vue par son auteur que comme une simple étude d’orchestration, c’est-à-dire un exercice d’attribution des rôles aux instruments de l’orchestre. En effet, durant tout le morceau, marqué par un ostinato rythmique, soit un motif joué en boucle par la caisse claire, les instruments défilent les uns après les autres sur une même mélodie.

L’orchestre National de France propose une version quelque peu modifiée où chaque musicien confiné s’est enregistré avec l’ostinato de la caisse claire dans l’oreille pour garder le rythme :

Pour en savoir plus : https://www.francemusique.fr/culture-musicale/le-bolero-de-ravel-par-l-orchestre-national-de-france-decrypte-82865?xtmc=bol%C3%A9ro&xtnp=1&xtcr=2


Vidéo 4 - Motet pour le temps de confinement de/par Benoit Dumon

Le motet est une forme musicale apparue au Moyen-Âge, au XIIe ou XIIIe siècle, sacrée dans la majorité des cas, polyphonique (à plusieurs voix), qui peut ou non être accompagnée. Aujourd’hui, le motet désigne le plus souvent une pièce à caractère religieux, qui n’est ni une messe, ni une cantate, ni un oratorio.

Benoit Dumon nous propose une composition dans le style des motets contrapuntiques de la Renaissance (avec des entrées décalées, des voix entremêlées, où chaque voix a son propre rythme et son propre débit de les paroles, écrite en latin de cuisine et pleine d’humour.

Pour en savoir plus sur la musique de la Renaissance : https://www.francemusique.fr/emissions/horizons-chimeriques/des-airs-de-renaissance-1-27403


Vidéo 5 - "O fortuna", Carmina Burana de Carl Orff par le Choeur de Radio France

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une version de "O Fortuna" extraite des Carmina Burana de Carl Orff : il s’agit d’une version en playback, où les artistes du Choeur de Radio France ont envoyé une vidéo, qui a été montée sur l’audio d’une version de concert qui date d’il y a deux ans.

Qu’est-ce que les Carmina Burana ? Il s’agit de la compilation effectuée entre 1225 et 1250 par des vagabonds, étudiants et clercs itinérants, de 315 poèmes mêlant chansons d’amour, des chansons à boire et à danser ainsi que des pièces religieuses.
Le compositeur allemand Carl Orff utilise 24 de ces poèmes pour former son oeuvre en 1935-36, dont le titre complet est Carmina Burana : Cantiones profanæ, cantoribus et choris cantandæ, comitantibus instrumentis atque imaginibus magicis, ou « Poèmes chantés de Beuern : Chants profanes, pour chanteurs solistes et chœurs, avec accompagnement instrumental et images magiques ». "O fortuna", chanté au début et à la fin de l’oeuvre est l’un des extraits les plus connus en raison de son côté épique et grandiose. Cet extrait a par aileurs été repris dans bon nombre de films et publicités.

Pour en savoir plus sur cette oeuvre : https://www.francemusique.fr/emissions/musicopolis/1940-dresde-les-carmina-burana-de-carl-orff-78820