Accueil | L’école au quotidien | Évènements et actualités | Projet “Rwanda”

Projet “Rwanda”

Cette année a lieu la 25e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda. L’occasion de se questionner et de développer un temps de réflexion et de sensibilisation avec nos étudiants sur une question difficile et encore actuelle, celle des génocides et crimes de masse.

Cette année a lieu la 25e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda. En 100 jours, entre le 7 avril et le 17 juillet 1994, 800 000 à 1 000 000 d’hommes, femmes et enfants ont perdu la vie, selon le bilan des Nations Unies. Le rappel de cette triste page de l’histoire contemporaine appelle à se questionner et nous offre l’occasion de développer un temps de réflexion et de sensibilisation avec nos étudiants sur une question difficile et encore actuelle, celle des génocides et crimes de masse. Que peuvent nous apprendre aujourd’hui les histoires de violences de masse ? Comment une analyse de l’histoire contemporaine peut-elle contribuer à une citoyenneté active, à la solidarité et à adopter une attitude respectueuse face aux autres ? Des problématiques directement liées à certaines disciplines enseignées, mais aussi en rapport avec les questions de citoyenneté, de responsabilité et de vigilance à développer chez tous sont en jeu.

Parler de l’histoire contemporaine n’est pas non plus chose évidente. Cela pose bien évidemment la question de la légitimité, des sources, du manque de distance ; mais en même temps cette histoire encore récente nous touche d’autant plus, et nous ne pouvons pas nous en couper. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle un regard interdisciplinaire conjuguant des sensibilités différentes et complémentaires ne sera pas de trop pour donner sens à cette expérience menée au sein de l’école.

Plus concrètement, dans le courant du premier semestre, des animateurs de l’ONG “RCN Justice & Démocratie” sont venus dans les classes de 6e pour des rencontres autour de deux modules de réflexion touchant aux questions des stéréotypes, des préjugés, des discriminations et touchant à la question du développement de l’esprit critique pour pouvoir (ré)agir. Ces ateliers ont été très enrichissants ; beaucoup d’élèves ont pu partager leurs points de vue, leurs ressentis et s’interroger sur leur manière de comprendre et de se positionner face à ces dynamiques sociales.

Au second semestre, le projet continue avec deux autres modules ainsi que deux rencontres. Des moments forts qui permettront de se poser la question de la Justice et de son rôle face à l’impunité mais aussi sur la manière de devenir un acteur du changement en s’inspirant de héros ordinaires. M. Damien Vandermeersh, avocat général près la Cour de cassation, professeur à l’Université catholique de Louvain et juge d’instruction durant les procès de génocidaires rwandais à Bruxelles, tenus en 2001, mais aussi auteur d’un livre intitulé Comment devient-on génocidaire (édité au Grip, réédité cette année), nous fait l’honneur d’être notre invité pour une rencontre avec les étudiants. M. Laurien Ntezimana, résistant hutu et témoin du génocide, a aussi accepté de venir nous parler de son histoire personnelle et posera un regard sur le Rwanda d’aujourd’hui ainsi que sur la question de la reconstruction. Qu’ils soient tous deux remerciés de leur participation.

Cécile Schaack