Accueil | L’école au quotidien | Évènements et actualités de l’école en images | « L’Esprit souffle où il veut », une expo bien fréquentée

« L’Esprit souffle où il veut », une expo bien fréquentée

Et si les grandes religions mondiales parvenaient à s’accorder, pour contribuer à la paix dans le monde ? L’exposition défend l’idée qu’une éthique commune se dégage des différents messages religieux.

Visites de classes

Visite de l’expo

Les classes se succèdent à cette espo dans laquelle leur professeurs les invitent à rechercher des informations à la découverte des religions du monde...

Voir galerie ci-dessous

Présentation

Cela, pour peu qu’on pratique le dialogue interconvictionnel. Mais avant de dialoguer, il faut apprendre à se connaitre. Voilà ce que proposent les premiers panneaux de l’exposition, qui présentent les six grandes religions mondiales. On y trouve leurs grandes figures fondatrices et leurs représentants modernes, ainsi que les évènements marquants de leur histoire et leurs textes sacrés. Et surtout, les principes éthiques qui font leur essence. Ne sont pas oubliés les mouvements qui, comme l’athéisme ou l’agnosticisme, n’appartiennent pas à la sphère religieuse, mais n’en sont pas moins porteurs de valeurs.

Les élèves découvrent ensuite que deux principes fondamentaux se retrouvent dans toutes ces religions, sous une forme ou une autre : le principe d’humanité et la règle d’or de la réciprocité, le fameux « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse ». Ces normes sont une base de dialogue susceptible de fonder une morale commune et de contribuer à la paix planétaire.

L’expo se poursuit avec des activités complémentaires à caractère ludique et interactif. Autour d’un jeu de massacre, réfléchir aux situations de violence vécues au quotidien. Autour d’un jeu de rôle, se représenter les défi s à relever par un couple mixte dans son organisation familiale. Autour de mandalas, s’ouvrir à la méditation et découvrir l’universalité de ce support d’expression. Ou encore, en déguisant le mannequin de Saint-Krêtin, repérer le mauvais syncrétisme qui nivèle pour supprimer la rugosité des différences.

Et peut-être que cette visite donnera l’envie à la classe de mettre sur pied une conférence ou un café-découverte où viennent témoigner des personnes dont la religion est mal connue, comme le suggère l’asbl Le Sycomore dans ses pistes didactiques à mettre en oeuvre après l’expo. ■

MARIE TAYMANS
Le dialogue interconvictionnel s’invite à l’école
entrées libres , N°77 mars 2013

esprit5
esprit1
esprit3
esprit4