Accueil > Vie de l’école > Activités en école > Hommage à Bernadette Richir

Hommage à Bernadette Richir

Bernadette avait, et de là-haut a toujours, trois grands amours.

Sa famille d’abord : combien de fois ne m’a-t-elle parlé de ses rois sœurs et de leur famille… sa fille qu’elle admirait tant, son beau-fils dont toutes les belles-mères rêveraient et ce petit-fils, prunelle de ses yeux qui lui a donné tant de bonheur.
Sa famille, Dieu qu’elle honorait à travers ses prières et sa présence active à la Communauté et à la Fraternité.

Sa famille, Dieu et l’école saint Dominique

L’école saint Dominique qui lui doit tant et qui lui est infiniment reconnaissante.
Bernadette a passé l’essentiel de sa carrière professionnelle comme économe de cette école. Une grand école : 1400 élèves et donc plusieurs bâtiments auxquels il faut veiller-, un bataillon d’ouvriers et d’ouvrières d’entretien, une cuisine de qualité à assurer pour les élèves et au départ aussi pour les pensionnaires et les sœurs dominicaines habitant sur place.

Bernadette a été formée au métier par mère Marie-Hyacinthe et en a gardé une grande rigueur et le sens du moindre centime.

Elle a pris plaisir à gérer les bâtiments, à tel point que l’heure de la retraite arrivée elle a repris avec professionnalisme et enthousiasme cette responsabilité, aimant travailler avec les corps de métier, rencontrer les souhaits des habitants de l’école (sachant si bien plaider leur cause pour obtenir les budgets nécessaires), aimant que l’école soit une solide - on ne construit pas sur du sable -) et belle maison.
Elle nous laisse des bâtiments impeccables…
Bernadette a géré d’une main de fer le personnel, mais toujours dans un objectif de promotion, imprégnée comme elle l’était de l’enseignement de Monseigneur Cardijn, elle qui a été formatrice d’aide-familiales. Un cœur d’or sous la carapace… tous le savaient.
Elle était sur le pont par tous les temps, sans compter ses heures, avec une énergie débordante et jouissive notamment les jours de grand vent et de grande animation que sont les jours de fêtes, elle qui aimait tant les fêtes.

Bernadette a fait de l’excellent travail au service des directions. J’ai compté 17 directeurs et directeurs adjoints depuis mère Béatrice-Marie, mère Thérèse-Marie et mère Albert… 17 pour près de 50 années de carrière. Ces directions ont pu compter sur sa loyauté, une loyauté sans aucune faille, et son efficacité, elle qui mesurait l’ampleur de leur travail et aimait les chouchouter.
A propos de chouchous : nombreux sont ceux qu’elle portait dans son cœur et dans sa prière, ceux qui se sont confiés çà elle, dont elle a recueilli, accueilli les souffrances, les questionnements… Bernadette était un PMS à elle toute seule !

Quand on veut faire quelque chose on trouve des moyens, quand on ne veut pas on trouve des raisons dit un proverbe arabe.
Jusqu’au bout Bernadette a trouvé des moyens pour être âme de l’école… les fleurs en train d’y éclore ; les arbres qui verdissent restent le témoignage d’une vie d’amour.

Suzanne Van Sull
Présidente du Pouvoir organisateur